top of page

Beurette au Téléphone Rose



Quand ma copine Karine m'a dit qu'elle faisait l'amour au téléphone, je n'en croyais pas mes oreilles !

- "Et toi Inès tu as déjà fait du sexe au tél ?"

Curieuse de nature j'ai demandé :

- "Tu veux dire un peu comme le téléphone rose ?".

- "Exactement !! Tu n'as pas répondu à ma question ?".

- "Non jamais néanmoins ça me plairait de voir ce que ça donne".

Karine me sourit les yeux pétillants et me propose de passer chez elle le lendemain soir. J'accepte direct.

Je m'appelle Inès. J'ai fait la connaissance de Karine par le biais du travail. Nous sommes employées dans un hôtel de grand standing, Karine en est la Manager et moi je suis réceptionniste. Nous avons toutes les deux 30 ans et nous sommes célibataires. Nous avons beaucoup de points communs mais physiquement nous sommes différentes. Karine est blonde aux gros seins, les cheveux courts entourant de beaux yeux bleus expressifs, une bouche charnue et un fessier bien accueillant suivit de longues jambes. Moi, je suis petite et pulpeuse, mes cheveux longs sont couleur charbon, ma peau brune vient de mes origines algériennes, en bref je suis une beurette aux gros seins et au gros cul. Souvent il nous arrive de nous faire draguer par des clients, ça nous permet des petites occasions mais ça reste rare, la Direction déteste les plans sexe avec la clientèle.

Excitée par son invitation je n'ai cessé de penser au téléphone rose, à l'inconnu qui serait au bout de fil, je me suis dit que ce devait être un super moyen de se lâcher totalement sans témoin.


Le jour venu je me sentais toute excitée en franchissant la porte de chez elle. Je n’arrêtais pas de me dire « tu vas jouer une petite beurette au téléphone rose » … Comme à son habitude Karine était super sexy. Je porte une robe d'été très courte rouge et un mini string noir dessous. Karine a une jupe courte noire et un petit haut transparent. Elle ne porte pas de soutien-gorge non plus. Karine m'encourage à me mettre à l'aise, j'ôte mes fines sandales aux talons vertigineux et je la rejoins sur le canapé. Elle ne trouve pas utile de me briefer puisqu'on a convenu qu'elle prendrait le 1er appel de son téléphone rose et moi le second. Elle a demandé à 1 homme qui l'appelle régulièrement s'il acceptait de changer de partenaire pour 1 fois. Elle lui a donné mon pseudo en disant qu'elle ne serait pas disponible ce soir-là à 21h mais qu'il ne serait pas déçu car j'étais une véritable beurette salope sans aucun tabou. Au tout 1er appel, elle met le haut-parleur. La veille quand je lui ai demandé comment je devais me comporter elle a répondu :

- "Reste toi-même, et profite en pour t'éclater, les hommes sentent quand tu es vraiment dans le truc !".


Plongée dans mes pensées la sonnerie du téléphone rose me fait sursauter, aussitôt Karine répond. Sa voix est chaude et envoûtante, je la découvre sous un autre jour. Pendant qu'elle parle elle me tend un papier sur lequel elle a griffonné "Julien, 45 ans, marié adore la baise bien monté". Je ne sais pas si je dois rire ou penser à cette grosse queue inconnue.


J'entends la voix masculine au bout du fil et cela me plait. Ils échangent 2 ou 3 banalités puis elle lui demande :

- "Dis-moi Julien tu as pensé à moi depuis la dernière fois ?".

- "Oui "Blondie" j'ai pensé à toi et je n'ai pas arrêté de bander, et de me branler, que portes tu aujourd'hui".


Le surnom ne m'a pas choquée car elle m'avait dit d'en choisir 1 aussi pour plus de discrétion. J'ai choisi "Audace".

- "Je porte une jupe très courte, et j'ai un haut transparent car je sais que tu aimes voir mes tétons pointés vers toi". Dessous j'ai 1 string ficelle et tu sais quoi ? Il a une fente de 2 cm juste sous le minou, je suis sûre que c'est pour y mettre 1 doigt".

- "Oh ma cochonne tu me fais bander dur, j'ai envie de glisser mon doigt car je suis sûr que ta chatte est déjà bien humide, je me trompe ?".


Karine semble à son aise, la bouche brillante, elle se caresse la cuisse et je m'efface pour la laisser tranquille. Je fonce à la cuisine préparer du café. J'entends des bribes de leur échange, la voix de Karine semble plus rauque, je jette 1 œil au salon, sa jupe était légèrement relevée, elle a enlevé son haut et claque doucement ses seins pendant que le mec se branle. Ses joues sont colorées et elle semble brûlante.

Je l'entends lui demander de se branler près du téléphone tout en gémissant et en répétant son prénom plusieurs fois. Mon bas ventre se contracte de désir dès lors que j'entends le bruit du sexe du mec à travers le combiné.


Je retourne à la cuisine pour lui laisser un peu d'intimité. Je me passe un peu d'eau sur le visage car j'ai super chaud. Un étrange feu intérieur me ronge, Karine s'est transformée en vraie salope au téléphone, je sens qu'elle vie ce moment à fond. D'avance je suis humide.

Quelques minutes plus tard, chargée d'un plateau, je la rejoins, elle est en train de dire au revoir.

- "Merci d'avoir fait du café tu es un chou, alors qu'en penses-tu ?".

- "Je trouve ça très sympa, mais tu le connais le gars ?".

- "Oui je le connais un peu, c'est un homme marié, il un boulot prenant alors de temps en temps il aime venir se détendre avec moi tu comprends ? Mais parfois je tombe sur des inconnus et c'est encore plus excitant.

Le téléphone ne sonne pas tout de suite, du coup je sens l'adrénaline monter. Une sorte d'euphorie qui me permet de me détendre un max. Puis c'est mon tour, un tour bien attendu. Aussitôt elle me tend le combiné. Elle reste quelques minutes près de moi puis change de pièce dès qu'elle me sent prête.

- "Bonsoir Audace, tu vas bien ?".

Légèrement troublée par la voix grave et sensuelle de mon interlocuteur je répondis d'une petite voix :

- "Bonsoir, je vais bien, merci et toi ?".

- "Alors comme ça tu es la fameuse "Audace" l'amie de "Blondie", j'espère que tu es aussi chaude qu'elle. Tu te présentes un peu ? » - « Oui enchantée de faire ta connaissance, je suis une jolie Beurette bien coquine, tu aimes ? » - « J’adore baiser une Beurette au téléphone rose, ça tombe bien. Qu'est-ce que tu portes ma belle Beurette ?".

- "Une robe rouge très courte d'été, tu aimes ? Et en dessous je te préviens je n'ai qu'un mini string ficelle".

Je n'en reviens pas de mon aplomb. Un inconnu me pose une question privée et je réponds sans aucune gêne. Je retiens ma respiration en écoutant sa réponse :

- "Hum tu dois être grave bonne toi. Tu me fais déjà bander ! Tu n'as pas l'air farouche j'aime bien, retires ta robe et ton string et décrit moi tes formes, ton amie m'a dit que tu étais une beurette aux gros seins c'est vrai ?".

Je n'étais pas forcée d'enlever ma robe mais j'ai envie de jouer le jeu jusqu'au bout, sa voix est virile et je craque dessus.


Je réponds que mes gros seins sont bien lourds et bandants. Pendant que je lui parle je caresse mes nichons voluptueux. Il répond illico qu'il adore les beurettes bien chaudes et me demande si j'ai le minou épilé. Je lui dis que je suis épilée intégrale et que ça fait ses paroles font enfler mon clitoris. J'en profite pour lui décrire mes seins (pendant que je lui parle je sens une vague de nectar couler de mon vagin détendu).

C'est tellement bon que je m'enhardis en lui disant que mes grosses mamelles sont sensibles et lui fait écouter le bruit pendant que je les ballotte doucement. A ce moment-là j'entends qu'il branle son sexe en ligne et cela me donne des petits frissons partout. C'est super réel, je peux percevoir le bruit de son gland humide. Je lui demande d'aller plus vite, puis de ralentir. Il me lâche "claques tes fesses", je le fais en vrai plusieurs fois de suite, ça claque fort et j'adore ça, et je lui lance que j'ai toujours aimé les petites fessées. Il devient hard et dit que je dois être une sacrée salope délurée et audacieuse, que je mérite bien mon pseudo.


En plus d'avoir l'entre cuisse trempée mes tétons se sont durcis à mort, un désir fou me force à tirer doucement sur chaque mamelon puis ma main descends direct vers mon vagin. Il me demande de caresser mon bouton en le branlant, d'écarter ma chatte, d'introduire plusieurs doigts dedans sans oublier mon anus. Je me sens prête à tout, je ne pense plus à rien sauf aux paroles de mon "baiseur" qui m'encourage. Très vite il me demande si j'ai un jouet, d'un geste vif j'attrape le mien dans mon sac à main. Il veut que je l'enfonce dans ma bouche, je m'exécute en léchant mon gode, prenant bien soin qu'il entende les bruits de ma bouche et de ma langue, il continue, il adore répéter que je suis sa Beurette :

- "Ma Beurette j'ai la sensation que tu me suces vraiment, t'aimes la bite toi c'est clair. Il me supplie de rapprocher le téléphone de mon vagin et de jouer avec le jouet au bord, encore une fois il gémit fort en disant :

- "Vas-y enfiles le ma petite beurette à moi, jusqu'au bout ma catin".

Les mots crus s'enchainent me forçant moi aussi à devenir salace, car jamais un homme me parle ainsi. Je lui dis ce que je fais avec mon jouet, entrecoupés de gémissements car le bruit saccadé de sa branlette et le gode qui s'enfonce en moi me font monter dans les tours. Et là en même temps que lui je jouis à fond, mais vraiment à fond pendant que je l'entends me dire :

- "La prochaine fois c'est dans ton joli cul de beurette que tu mettras ton gode". Je raccroche le sourire aux lèvres, c’est un sacré moment que je viens de passer au téléphone rose, je m’en souviendrais… juste le temps de remettre mon jouet à sa place et d'enfiler ma robe que Blondie est là près de moi tout sourire…

49 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page